Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Apo Rodagon D 75mm / Terminologie

Envoyé par Toai 
Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
jeudi 27 décembre 2018 19:03:44
Bonjour,

Je suis en train de lire les docs de cette optique déclinée en deux versions.
Je ne comprends pas cette terminologie.

Apo Rodagon 75mm 1X F4
[drive.google.com]
Fait pour un grandissement de 1 et un intervalle de travail entre 1.2 et 0.8
donc 1X

Apo Rodagon 75mm 2X F4.5
[drive.google.com]
Fait pour un grandissement de 0.5 et un intervalle de travail entre 0.8 et 0.4
Et on l'appelle 2X ??

Ici dans un autre document de Rodenstock
[drive.google.com]


75 mm f/4, Scale range : 0.8x - 1.2x pour format 6×6 cm

75 mm f/4.5, Scale range : 1.2x - 2.5x pour format 6×7 cm

Il y a qq chose qui m'échappe..

Merci pour vos réponses



Modifié 4 fois. Dernière modification le 27/12/18 19:54 par Toai.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
jeudi 27 décembre 2018 21:26:09
Salut Toai

Pour le modèle 1X il est parfaitement symétrique donc inutile de le retourner, meilleures performances entre 0,8X et 1,2X en termes de grandissement G = (dimension image) / (dimension objet)

Le modèle 2X est dissymétrique donc on peut l'utiliser soit autour du grandissement G = 2X soit en le retournant autour de 1/G = 1/2 = 0,5X.
À la plage de grandissements recommandés 1,2x - 2,5x correspond la plage 1/1,2 à 1/2,5 une fois retourné, c'est à dire 1/1,2 = 0,83 et 1/2,5 = 0,4 CQFD.

Bonne chasse aux paires de lignes dans ton « scanner » à appareil reflex numérique ;-)

P.S. n'oublie pas la diffraction dont la période de coupure au niveau de l'image est environ 0,7 N(1+G) microns, fréquence de coupure 1,4/(N(1+G))
avec N = le nombre d'ouverture gravé sur la bague = diamètre de pupille d'entrée / focale.

E.B.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
vendredi 28 décembre 2018 00:04:22
Merci beaucoup Emmanuel !
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
vendredi 28 décembre 2018 00:52:45
Mon scanner Imacon est doté d'un Rodenstock Magnagon 75mm à ouverture fixe f/5,6, qui serait une autre dénomination de l'Apo Rodagon D.

——————————————————————————————————
.: jeanbaPhoto ::: jeanbaBlog :.
Re: Apo Rodagon D 75mm / scanner / limites de résolution et défaut de mise au point
vendredi 28 décembre 2018 13:00:27
est doté d'un Rodenstock Magnagon 75mm à ouverture fixe f/5,6

Merci JeanBa !
Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est la première fois que je vois affiché explicitement dans ces colonnes (** note 1) un détail technique précis concernant la formation de l'image dans un scanner.
Si tu pouvais avoir une idée du grandissement G = (dimension image) / (dimension objet) ce serait encore mieux.
La distance totale entre l'objet et l'image peut donner une idée de G, mais ce n'est pas très facile à voir, surtout entre les grandissements de 0,5 et 2 en passant par 1:1
Avec un 75 de focale pour G = 1 la distance totale objet-image est de l'ordre de 4 f soit 4x75 = 300 mm.
Avec un 75 de focale pour G = 0,5 ou G = 2 la distance totale objet-image est de l'ordre de 4,5 f soit 4,5x75 = 337,5 mm.

Un objectif de nombre d'ouverture N = 5,6 travaillant au rapport 1:1 a une ouverture effective Neff = N(G+1) de 2x5,6 = 11 donc la limite de diffraction, soit ramenée au niveau de l'objet, soit sur l'image est de l'ordre de 0,7 Neff microns = 0,7x11 microns = 8 microns pour la période de coupure, 1000/8 = 125 cy/mm pour la fréquence de coupure.
Donc à échantillonner à deux points par période soit 4 microns de pas de grille d'échantillonnage soit encore 250 échantillons par mm ou encore 250x25,4 = 6350 échantillons par pouce. Limite ultime de diffraction donc dans ces conditions inutile de régler le logiciel sur 8000 points par pouce.

Estimation pour un galerie-photoïste hypothétique qui craquerait pour un beau Rodagon D 2x et qui travaillerait à G=0,5. C'est à dire en une seule prise vers un capteur 24x36 mm couvrant un bout de film de 48x72 mm.
Limite ultime de diffraction au niveau de l'image : Neff = Nx(0,5+1) de 1,5x5,6 = 8,4 microns ; donc période de coupure de diffraction au niveau de l'image 0,7 x 8,4 = 5,9 microns, à échantillonner à moitié donc au pas de grille de 2,9 microns.
Limite de résolution ramenée au niveau de l'objet scanné = 2 fois cette valeur donc 11,8 microns avec des échantillons tous les 5,9 microns, soit 1000/5,9 = 169 échantillons par mm, ou encore dans les 4300 échantillons par pouce.
Nombre total d'échantillons pour ce champ de 48x72 mm : 48x169x72x169 = nonante-huit millions, c'est plutôt pas mal, mais le capteur 24x36 n'y est pas encore pour enregistrer tout ça en une seule fois.
Reste la table à mouvement croisés de M. Allovon et le raccordement de champs avec précision.
Mais même si notre bon apo rodagon D était capable de tenir la limite de diffraction à 5,6 sur tout ce champ (on peut toujours rêver un peu), resterait le redoutable problème du défaut de mise au point ...

Bref, si on a une idée du grandissement on peut affiner les estimations de résolution côté image et côté objet, et on peut également tenter d'estimer les défauts de mise au point acceptables.


** note 1 : ou alors c'est bien caché dans ces colonnes ?

E.B.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 28/12/18 13:05 par Emmanuel Bigler.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
vendredi 28 décembre 2018 18:38:43
Faudrait que j'ouvre la bête pour avoir une idée des dimensions du capteur et de sa position après l'objectif, mais notons déjà que le scanner numérise du film 35 mm au 4x5 pouces en transparent et jusqu'au format A4 en opaque.

——————————————————————————————————
.: jeanbaPhoto ::: jeanbaBlog :.
[digression] grandissement dans un Imacon / Magnagon de 75 mm
vendredi 28 décembre 2018 18:43:39
Merci JeanBa. Ne touche à rien sur ton scanner. C'est juste par curiosité.

Une autre façon plus simple d'avoir une idée du grandissement est de connaître la longueur de la barrette CCD, en supposant qu'elle est utilisée sur toute la longueur.

E.B.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
vendredi 28 décembre 2018 19:00:13
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
vendredi 28 décembre 2018 20:22:35
Voir ici [www.closeuphotography.com]

Cordialement.

A. A.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
samedi 29 décembre 2018 12:12:25
jeanba3000 écrivait:
-------------------------------------------------------
> Mon scanner Imacon est doté d'un Rodenstock
> Magnagon 75mm à ouverture fixe f/5,6, qui serait
> une autre dénomination de l'Apo Rodagon D.


D'après le "Service Manual" du 848, (qui ne doit surtout pas être communiqué à l'utilisateur, dixit la première phrase de cet opus), l'objectif est secondé à l'arrière par un filtre infra-rouge.

>Faudrait que j'ouvre la bête pour avoir une idée des dimensions du capteur et de sa position après l'objectif, mais notons déjà que le scanner numérise du film 35 mm au 4x5 pouces en transparent et jusqu'au format A4 en opaque.<

Toujours d'après ce manuel, pour accéder facilement au chariot CCD et à l'objectif, il faut lancer une prévisualisation avec un passe-vues 6x6 (sans négatif), puis retirer le capot de la face avant (qui est juste emboité sur le dessus).

>Une autre façon plus simple d'avoir une idée du grandissement est de connaître la longueur de la barrette CCD, en supposant qu'elle est utilisée sur toute la longueur.<

La barrette est effectivement utilisée sur toute la longueur, le tambour permet de capturer l'image dans la longueur.

L'éclaté de cette machine montre qu'elle est vraiment bâtie comme un agrandisseur :deux potences indépendantes (CCD, optique) sur le même rail, mûes chacune par une vis sans fin pour s'adapter aux différents formats.
[digression] Rodenstock Magnagon 5,6 de 75 pour scanner
samedi 29 décembre 2018 16:10:33
Merci Marc pour ces informations très confidentielles, on ne le répétera à personne, promis !

l'objectif est secondé à l'arrière par un filtre infra-rouge.

Effectivement, les vues de ce Magnagon 5,6 de 75 présentées sur les différents sites le montrent avec un filtre très étrange.
Et ce n'est donc pas un filtre rouge, mon interprétation à confirmer, ce serait un filtre à couches minces qui apparaît rouge en réflexion, parce qu'il doit renvoyer le rouge et l'infra-rouge ???

Et la focale est fixe = 75 mm, on change le grandissement en modifiant le tirage.

E.B.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
samedi 29 décembre 2018 16:15:34
Le ratio de grandissement du 848 est de 24 mm à 127 mm, cet machine scannant du 24x36 au 5x7,
Il semble me souvenir que la barrette est dotée de 8000 éléments.

Il faudrait que je démonte mon vieux 848 pour tester cette belle optique
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
samedi 29 décembre 2018 16:50:33
Oui, Henri, c'est bien un 8000 éléments (tu peux les recompter,si tu veux ;-) ).

Par contre, je pensais qu'il ne passait que le 4x5 ...

Sinon, une erreur dans mon post précédent, que vous aurez sans doute rectifiée, c'est que la barette CCD est bien égale à la largeur maxi du format, et non sa longueur...

Cet objectif sur ebay est bien tentant, en même temps on se rend progressivement compte que pour jouer dans la cour des grands, on se rapproche assez furieusement il me semble d'un bon scanner bien fait... reste effectivement le coût de mise en oeuvre, et le fait qu'on peut toujours essayer de faire des photos avec un Imacon, l'inverse est beaucoup plus réaliste..
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
samedi 29 décembre 2018 17:01:08
MarcN écrivait:
-------------------------------------------------------
> Oui, Henri, c'est bien un 8000 éléments (tu peux
> les recompter,si tu veux ;-) ).

J'en resterais à la doc technique

> Par contre, je pensais qu'il ne passait que le 4x5
> ...

Le 5x7 mais c'est assez sportif

> Sinon, une erreur dans mon post précédent, que
> vous aurez sans doute rectifiée, c'est que la
> barette CCD est bien égale à la largeur maxi du
> format, et non sa longueur...

La barrette scanne le petit côté

> Cet objectif sur ebay est bien tentant, en même
> temps on se rend progressivement compte que pour
> jouer dans la cour des grands, on se rapproche
> assez furieusement il me semble d'un bon scanner
> bien fait...

Il faut ajouter un Fuji GFX 50 ou 100

> reste effectivement le coût de mise
> en oeuvre, et le fait qu'on peut toujours essayer
> de faire des photos avec un Imacon, l'inverse est
> beaucoup plus réaliste..

La solution d'aujourd'hui est beaucoup moins chère, plus rapide, et bientôt, nous n'en n'aurons pas d'autre ...
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
dimanche 30 décembre 2018 01:35:25
Bonjour,

il y a la motivation et puis il y la réalité.

Avec l'aide de ceci
[www.galerie-photo.com]
J'ai cela :
[drive.google.com]
Distance objectif - objet : 240 mm

J'injecte cette valeur dans :
[www.galerie-photo.com]

et j'obtiens cela :
[drive.google.com]

Avec une focale de 80mm, à f5.6, pour du moyent format, G~0.4, Distance objectif - objet : 240 mm,
profondeur de champ = 2mm !!

Je crois que les feuilles de calcul utilisés sont basées sur des valeurs respectables (comme le cercle de confusion).
Mais si on est plus exigeant, c'est pire...Apres je ne sais pas comment le capteur perçoit cela...

Il faut que la gestion du // et la mise au point entrent dans ces 2 mm.
C'est pas du gâteau. Mais je continue quand même, en mode Best Effort, avec l'idée que cela ne sera pas parfait (incertitude)



Modifié 4 fois. Dernière modification le 30/12/18 01:47 par Toai.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
dimanche 30 décembre 2018 10:58:19
Toai écrivait:
-------------------------------------------------------

> profondeur de champ = 2mm !!
>

Le calcul de PdC en proxi macro est différent,
Mais je dirais 2 mm c'est déjà pas mal,
Et je crains que ce soit plus faible.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
dimanche 30 décembre 2018 11:30:29
Salut Toai !

En proxi-macro dès que G est plus grand que 0,1, on a les formules simplifiées ci-dessous, qui se calculent de tête et qui sont indépendantes de la focale.
http://www.galerie-photo.com/profondeur-de-champ-macro-excel.html

PdC totale proxi-macro (pour G>0,1) - PdC mesurée au niveau de l'objet
p2 - p1= plus ou moins N c (G+1)/G2

N = nombre d'ouverture gravé sur la bague de l'objectif ;
c = diamètre du cercle de confusion choisi comme critère de netteté ;
G = le grandissement = (dimension de l'image) / (dimension de l'objet).

Au rapport 1:1 donc G=1 la PdC totale vaut plus ou moins 2Nc (soit 4Nc au total)
exemple : N=5,6, c = 20 microns pour dire qu'on a l'ambition de passer 50 cy/mm ; sois courageux, la PdC totale c'est plus ou moins 2x5,6x20 microns = plus ou moins 11x20 microns = plus ou moins 0,22 mm. Outch !

Toujours avec c=20 microns et G=0,5 la PdC c'est
plus ou moins 2 x 5,6 x 20 x 1,5 / (0,5x0,5) = plus ou moins 1,3 mm ; c'est déjà plus confortable !

J'en entends déjà certains dire : eh mais moi, 30 cy/mm cela me suffirait bien, donc c = 33 microns car c'est pour numériser les négatifs 6x9 de mon grand père; l'échelle de PdC sur ce 6x9 elle est graduée avec c = 100 microns !

La réponse tombe alors comme un couperet : avec cette modeste exigence de netteté, un EPSON à plat suffit ;-)
Pour mémoire l'EPSON 850 a été dûment mesuré comme pouvant passer dans les 50 cy/mm
Voir cette discussion, mesure faite avec la mire Silverfast par J.B. Mérillot.
http://www.galerie-photo.info/forumgp/read.php?3,52546,57113#msg-57113

E.B.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 30/12/18 15:24 par Emmanuel Bigler (modérateur).
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
dimanche 30 décembre 2018 20:47:00
Epson m'a tuer
Notamment dans les hautes lumières,
Chose que je n'ai plus avec ce vieux D800, même en exposant à l'arrache.
Je ne donnerai plus un seul copèque à Epson.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
dimanche 30 décembre 2018 21:11:23
Toai écrivait:
-------------------------------------------------------
> Epson m'a tuer
> Notamment dans les hautes lumières,
> Chose que je n'ai plus avec ce vieux D800, même
> en exposant à l'arrache.
> Je ne donnerai plus un seul copèque à Epson.

Excellent !!!
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
dimanche 30 décembre 2018 23:41:36
Kopeck ...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Aux vrais écuyers les jambes et les mains, aux impuissants la cravache.
(A. Gavalda)
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
samedi 5 janvier 2019 12:19:04
Bonjour

Dans les docs sur Apo Rodagon d 75mm que j'ai mis en ligne,
Le cercle d'image est de 86.2 mm,
ce n'est pas bon pour du 6x7 et plus en moyen format.
Cela ne passe que pour le 6x6.
Par contre je ne sais pas à quelle ouverture et à quelle distance correspond ce CI



Modifié 3 fois. Dernière modification le 05/01/19 12:23 par Toai.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
samedi 5 janvier 2019 12:29:54
Veuiller oublier ce que je viens de dire, c'est une grosse bêtise !!
Je me suis mélangé les pinceaux..



Modifié 3 fois. Dernière modification le 05/01/19 12:46 par Toai.
Re: Apo Rodagon D 75mm / scanner / limites de résolution et défaut de mise au point
mardi 29 janvier 2019 17:03:45
Bonjour,

[www.galerie-photo.com]

J'ai une petite question, quand on inverse un objectif, quelle est sa longueur focale ?
Un fois que cette longueur connue, on peut l'injecter dans la moulinette des calculs pour en déduire des grandeur comme
la pdc, l'extenstion etc..?

Question subsidiaire : J'applique des formules, mais parfois j'ai envie de comprendre d'où elles viennent, pas dans les détails mais le cheminement. Je n'ai plus la dextérité intellectuelle d'un jeune homme de 20 ans pour me farcir des intégrales de tout genre.
Je cherche des livres sur l'optique géométrique et ondulatoire avec un penchant pour les problématiques rencontrés en photographie...
Je ne sais pas si cela existe...

Merci !!



Modifié 1 fois. Dernière modification le 29/01/19 17:04 par Toai.
Re: Apo Rodagon D 75mm / scanner / limites de résolution et défaut de mise au point
mardi 29 janvier 2019 18:01:41
"J'ai une petite question, quand on inverse un objectif, quelle est sa longueur focale ?"

La même.
Re: Apo Rodagon D 75mm / scanner / limites de résolution et défaut de mise au point
mardi 29 janvier 2019 18:05:31
Bonsoir Toai

J'ai une petite question, quand on inverse un objectif, quelle est sa longueur focale ?

Pour une optique utilisée dans l'air, exactement la même que dans le sens normal. Et cela même si l'objectif est très dissymétrique comme un télé-objectif ou un rétrofocus.

Un fois que cette longueur connue, on peut l'injecter dans la moulinette des calculs pour en déduire des grandeur comme
la pdc, l'extenstion etc..?


Bien entendu. Il suffit de connaître où sont placés les points principaux H et H'. Pour cela, ou bien on a une doc du constructeur, ou bien on trouve soi-même où sont les foyers et les plans principaux
Éclairage en sens normal : nous donne F', l'image d'un objet à l'infini.
On inverse l'objectif, idem, on trouve F.
Pour un objectif convergent [c'est le cas de presque tous nos objectifs photo, l'exception étant le doubleur de focale qui est un système divergent] alors F, H et H', F' sont situés comme suit :
Objectif en sens normal, lumière venant de la gauche, connaissant F on trouve H à droite de F avec FH=f où f est la focale.
Objectif en sens normal, lumière venant de la gauche, connaissant F' on trouve H' à gauche de F' avec H'F'=f où f est la focale.
Voir cet article
« Un objectif photographique n'est pas une lentille mince ! Première partie, introduction aux systèmes optiques centrés épais »
http://www.galerie-photo.com/un-objectif-photo.html

Les formules de Descartes 1/p+1/p'=1/f sont valables pour les systèmes épais avec origines des distances p et p' aux plans principaux respectifs H (côté objet) et H' (côté image).
Le grandissement est G = p'/p
On utilise moins les formules de Newton avec origines aux foyers, mais dans certains cas elles sont plus efficaces, par exemple pour déterminer le déplacement de l'objectif pour passer de la mise au point à l'infini à la mise au point à une certaine distance.
Les formules de Newton : σ σ' = -f2
où σ σ' sont les distances (positives ou négatives) séparant l'objet de F et l'image de F'

Question subsidiaire : J'applique des formules, mais parfois j'ai envie de comprendre d'où elles viennent, pas dans les détails mais le cheminement. Je n'ai plus la dextérité intellectuelle d'un jeune homme de 20 ans pour me farcir des intégrales de tout genre.
Je cherche des livres sur l'optique géométrique et ondulatoire avec un penchant pour les problématiques rencontrés en photographie...
Je ne sais pas si cela existe...


Le problème avec les livres d'optique photographique destinés aux photographes c'est justement qu'ils font l'impasse sur tout le cheminement qui amène aux formules, par exemple les formules de profondeur de champ, ou aux formules photométriques comme le légendaire cos4θ de la distribution d'éclairement sur un plateau d'agrandisseur.
Donc la plupart de ces livres ne sont pas satisfaisants si on veut comprendre les modèles sous-jacents et l'origine des formules classiques.

C'est pour cela que j'ai récrit pour GP.com un certains nombre d'articles pour combler ce manque et pour répondre aux questions soulevées ici sur ce forum depuis dix-neuf années.
Mais pour en revenir aux bons livres, pour comprendre d'où viennent les formules de conjugaison et la signification des éléments cardinaux d'un système optique centré, je pense que le meilleur est ce livre ancien destiné à l'enseignement scientifique BAC+1 du siècle dernier. On doit le trouver facilement en occasion. Il coûte, en occasion, environ la moitié du prix d'un rouleau de film diapo 120 développé.
Moussa & Ponsonnet, Cours de physique, tome 1 Optique
ISBN 978-2713512230 Casteilla (2000) (intialement chez Desvignes)
Il y a tout sur les systèmes centrés, les éléments pour comprendre les limites de résolution de l'oeil et les bases du calcul de la profondeur de champ.
Ce qui ne se trouve pas dans les ouvrages BAC+1 c'est tout ce qui concerne les pupilles, et bien entendu tout ce qui concerne le calcul des combinaisons optiques.
Donc après le Moussa Ponsonnet on passe direct aux articles sur GP.com ;-)

E.B.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
mardi 29 janvier 2019 18:38:39
Merci à vous deux.
C'est fabuleux !!
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
mardi 29 janvier 2019 20:29:28
bonsoir,

En livre intéressant, je citerais aussi un livre un peu ancien : le cours de physique consacré à l'optique géométrique, de M.Bruhat et A.Maréchal aux éditions Masson & Cie. L'édition que je possède est de 1956.

JY
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
mercredi 30 janvier 2019 12:27:39
Pour en revenir à l'apo rodagon D, je n'ai pas de fiche technique aussi détaillée que celle des objectifs Zeiss qui donnent avec précision la position de tous les éléments cardinaux et des pupilles, mais l'apo rodagon D, qu'il soit 1:1 (donc parfaitement symétrique avec le diaphragme placé au centre de symétrie) ou 1:2 (donc légèrement dissymétrique), ne se comporte pas très différemment d'une lentille mince convergente diaphragmée en son centre, du moins pour la position des plans principaux et des pupilles, pour la position et la grandeur des images.

Heureusement, pour la qualité des images, un apo rodagon D donne des images .. comment dire ? un peu meilleures qu'une lentille mince diaphragmée en son centre ;-)

Les plans principaux et les pupilles dans un objectif d'agrandisseur, que ce soit un triplet, un tessar, un (6/4), un (4:4) dialyte symétrique comme l'apo ronar, ou encore encore un apo rodagon D, sont situés très près de la position de l'iris, c'est à dire très près du centre « mécanique » de l'objectif. L'interstice HH' doit être de quelques millimètres (quelques pourcent de la focale, dans le cas général).
Donc en pratique pour pré-positionner les éléments dans un montage de repro, il n'y a aucune surprise, l'objectif quasi-symétrique se comporte, pour estimer les distances de mise au point et les grandissements, presque comme si on avait une lentille mince convergente au niveau du milieu de l'objectif. Éventuellement il suffit de se rappeler l'existence de l'interstice HH'. Donc objectif utilisé en sens direct ou inversé, peu importe, pas de surprise. Simplement dans l'optique inversée, H devient H', F devient F' et la pupille de sortie devient la pupille d'entrée ( « et réciproquement », pour citer Pierre Dac)

De toutes façons il faut faire la mise au point le mieux possible sur un dépoli ou en agrandissant l'image projetée sur un écran d'ordinateur, donc toutes les cotes fonctionnelles connues a priori sont belles et bonnes mais quand on en est à peaufiner au dixième de mm son placement de détecteur, il ne reste que l'expérience réelle pour aboutir au bon résultat : « 50 cy/mm, sinon l'EPSON à plat est aussi bon. » (je rabâche)

La connaissance de la focale et de HH' a tout de même l'avantage d'éviter au débutant de chercher en vain, pendant des heures, la netteté, lorsque, pour diverses raisons, la distance entre l'objet et le détecteur refuse obstinément d'être plus grande que 4f + HH' ;-)

Pour avoir une optique avec un comportement exotique où les plans principaux tombent hors de l'objectif et où les pupilles ne sont pas placées aux plans principaux, il faut aller cherche un télé-objectif ou un rétrofocus.

Pour donner une idée de ce qui se passe dans une optique très dissymétrique, voir en cliquant ici le placement des éléments cardinaux et des pupilles pour le Schneider télé-arton de 360 [focale de 353 mm]
Mais on ne va jamais utilise un Télé Arton pour faire de la proxi / macro !!!

Il se trouve que dans les objectifs à groupes fixes prévus pour la repro, on est toujours dans le cas de formules proches de la symétrie avec un iris placé en général très près du milieu « mécanique » de la monture d'objectif.

Bien entendu cette belle simplicité disparaît avec les objectifs macro à groupes flottants qu'on trouve aujourd'hui pour la photo en petit et moyen format (film ou silicium, peu importe).
Ces optiques macro à groupes flottants sont en fait des zooms sans le dire, leur focale ne reste pas constante entre la mise au point à l'infini et le rapport 1:1 (focale plus courte au rapport 1:1).
Donc comme dans tout zoom, les éléments cardinaux et les pupilles se baladent joyeusement quand on tourne la bague du zoom.
Dans le premier zoom pour la photo 24x36 [les zooms pour le ciné sont plus anciens], commercialisé sous le nom de Voigtländer zoomar, le foyer reste à peu près à sa place lorsqu'on change la focale. Et le nombre d'ouverture ne change pratiquement pas en changeant la focale. Un tour de force de conception optique ! Que de contraintes pour le concepteur !

Avec un appareil doté des asservissements nécessaires pour la mise au point automatique, et doté d'un calculateur qui lit une table de valeurs pour les nombres d'ouverture, et effectue par calcul toutes les corrections photométriques nécessaires, il n'y a plus aucune obligation à ce que le foyer reste rigoureusement fixe [et de façon générale pour un grandissement G > 0, que la position de l'image nette reste rigoureusement fixe], vu qu'on peut rattraper la mise au point par asservissement ; ni que le nombre d'ouverture reste rigoureusement fixe. « Seul le résultat compte ».

D'ailleurs les zooms modernes n'ont même plus de bague graduée avec les diaphs ! Quant à avoir des échelles de profondeur de champ ... ce serait un casse-tête et une dépense de fabrication coûteuse que de calculer des abaques de PdC et de les sérigraphier quelque part sur l'objectif, comme on pouvait le voir au siècle dernier sur les gros zooms 24x36 ; aujourd'hui, en ce qui concerne la bague des diaphs et les échelles de PdC gravées, comme on dit dans Charlie Hebdo : « On s'en f..t ! »

E.B.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 30/01/19 12:29 par Emmanuel Bigler.
Re: Apo Rodagon D 75mm / Terminologie
mercredi 30 janvier 2019 13:11:32
optique géométrique M.Bruhat et A.Maréchal chez Masson

Le co-auteur de l'excellent bouquin Bruhat-Maréchal d'optique géométrique est Marc Bruhat (1887-1984), inspecteur général de l'instruction publique, à ne pas confondre avec son homonyme, célèbre tireur contemporain (que nous saluons au passage).

Et ne pas confondre Marc Bruhat (1887-1984) avec Georges Bruhat (1887-1945), légendaire physicien de l'ENS Ulm, résistant, mort en déportation ; auteur, entre autres ouvrages, d'un monumentale traité d'optique également chez Masson, le « Bruhat d'optique revu par Kastler » dont le contenu est, disons, très ardu et assez éloigné des préoccupations des photographes.
Sauf pour ce qui concerne la diffraction, dont on parle de plus en plus à l'ère du silicium photodétecteur triomphant ;-)
« Le Bruhat-Maréchal et le Bruhat-Kastler, il faut les deux »

E.B.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquez ici pour vous connecter