2019 : une sale année
Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

2019 : une sale année

Envoyé par JyL 
2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 18:53:30
L'autre jour, c'était le 29, je suis allé vers ma déchetterie habituelle, j'avais avec moi qqs bouteilles diverses (anciennement d'eaux minérales) qui étaient emplies de mes effluents photographiques.

Et bien, je vous le donne en mille, les gaziers là bas n'en n'ont pas voulu.
Le règlement avait changé : pas de prise en charge des produits qui ne sont pas dans leurs emballages d'origine.

Je trouve satisfaisant de minimiser autant que possible mon impact sur l'environnement, alors je suis bien embêté.

2019 sera-t'elle une année pas trop propre pour tous ceux adeptes de la photographie argentique et alternative ?

G.P. ne pourrait-elle pas mettre en avant une collecte* de bonnes pratiques, voire de recettes à ce propos ?

* : non, non, n'envoyez pas tout chez E.B. (B'sançon) ou chez Henri (Place Octave) ;);)

Jean-Yves, ignorant pragmatique :)
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 18:56:58
JyL écrivait:
-------------------------------------------------------
> L'autre jour, c'était le 29, je
> suis allé vers ma déchetterie habituelle,
> j'avais avec moi qqs bouteilles diverses
> (anciennement d'eaux minérales) qui étaient
> emplies de mes effluents photographiques.
>
> Et bien, je vous le donne en mille, les gaziers
> là bas n'en n'ont pas voulu.
> Le règlement avait changé : pas de prise en
> charge des produits qui ne sont pas dans leurs
> emballages d'origine.
>
> Je trouve satisfaisant de minimiser autant que
> possible mon impact sur l'environnement, alors je
> suis bien embêté.
>
> 2019 sera-t'elle une année pas trop propre pour
> tous ceux adeptes de la photographie
> argentique et alternative ?
>
> G.P. ne pourrait-elle pas mettre en avant une
> collecte* de bonnes pratiques, voire de
> recettes à ce propos ?
>
> * : non, non, n'envoyez pas tout chez E.B.
> (B'sançon) ou chez Henri (Place Octave)
> ;);)

Il suffit de faire des belles étiquettes crédibles et de fabriquer ses propres emballages d'origine !!!



Modifié 1 fois. Dernière modification le 03/01/19 19:04 par Nestor Burma.
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:03:34
Nestor Burma écrivait:
-------------------------------------------------------

> Il suffit de faire des belles étiquettes crédibles et de fabriquer ses propres emballages d'origine !!!

Faites-vous ça Nestor ? Cela marche-t'il dans votre coin ?
Avec une bouteille de HC110 en dilution H je fais 64 litres d'effluents, il me faut donc une bonne quarantaine d'étiquettes crédibles pour mes bouteilles en plastique de 1,5 litres. Groupons-nous pour une impression en masse d'étiquettes Kodak et autres ;);)

Jean-Yves, ignorant pragmatique :)
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:06:51
JyL écrivait:
-------------------------------------------------------
> Nestor Burma écrivait:
> --------------------------------------------------
> -----
>
> > Il suffit de faire des belles étiquettes
> crédibles et de fabriquer ses propres emballages
> d'origine !!!
>
> Faites-vous ça Nestor ? Cela
> marche-t'il dans votre coin ?
> Avec une bouteille de HC110 en dilution H je fais
> 64 litres d'effluents, il me faut donc une bonne
> quarantaine d'étiquettes crédibles pour
> mes bouteilles en plastique de 1,5 litres.
> Groupons-nous pour une impression en masse
> d'étiquettes Kodak et autres ;);)

Crédible ne veut pas dire vrai, je ne porte pas le N&B à la déchetterie, mais en cas de nécessité, je ferais des faux bidons d'origine crédibles.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 03/01/19 19:20 par Nestor Burma.
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:18:54
Prendre a ladite déchèterie un bidon vide de 20l, ils en ont plus qu’il n’en faut, et les remplir, en plus ils ont surement une étiquette.
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:34:12
Jyl il est possible qu'ils n'ont pas accepté parce que c'était dans des bouteilles plastique d'eau (?!) vraiment pas solides.
Personnellement je mets les produits dans des bidons de 20 l de détergeant en plastique épais. J'indique dessus "produits de développement photo argentique" La dernière fois l'agent m'a vu le déposer dans le local prévu et a déclaré "c'est ok".
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:39:32
PKP écrivait:
-------------------------------------------------------
> Prendre a ladite déchèterie un bidon vide de 20l, ils en ont plus qu’il n’en faut, et les remplir, en plus ils ont surement une étiquette.

Ah oui !? À Villeurbanne, où je vais c'est une déchetterie de collecte, tout est évacué au fur et à mesure vers les établissements de traitement, aucun bidon n'est disponible pour leurrer le système.

Comment cela se passe-t'il PKP vers chez vous ? Comment faites-vous vous, faites-vous le remplissage sur place ? Quel genre d'étiquettes vous donne-t-'il ? Ce genre ? ;);)

Jean-Yves, ignorant pragmatique :)
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:42:15
Jean-Paul Mahé écrivait:
-------------------------------------------------------
> Jyl il est possible qu'ils n'ont pas accepté parce que c'était dans des bouteilles plastique d'eau (?!) vraiment pas solides.

Pas du tout Jean-Paul, il ont été explicites : "emballage d'origine, le reste c'est fini !", dixit !

Vous nous direz si ça a changé aussi la prochaine fois dans votre local local ;)

Jean-Yves, ignorant pragmatique :)



Modifié 2 fois. Dernière modification le 03/01/19 19:43 par JyL.
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 19:52:14
Dans ce cas il faut faire comme le dit NB éditer de fausses étiquettes.
Je me demande comment je pourrai les mettre dans les bidons d'origine: une bonne dizaine de produits différents et la plupart fabriqués par moi-même avec les produits de bases...
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 20:16:02
Question à deux sous.
Pourquoi ne pas laisser évaporer l'eau et récupérer le solide ?
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 20:22:51
Toai écrivait:
-------------------------------------------------------
> Question à deux sous.
> Pourquoi ne pas laisser évaporer l'eau et récupérer le solide ?

L'eau seulement, bien sûr ! (ça ça vaut un sou) !
L'autre sou pour un chimiste qui saura faire une réponse plus riche ;)

Jean-Yves, ignorant pragmatique :)
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 20:28:30
Toai écrivait:
-------------------------------------------------------
> Question à deux sous.
> Pourquoi ne pas laisser évaporer l'eau et
> récupérer le solide ?

Vous voulez dire laisser évaporer: une espèce de marais salant?

Ou faire évaporer: par ébullition je ne respirerai pas les vapeurs...
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 20:33:10
Euh oui une espèce de marais salant..
(Je ne suis pas chimiste, j’oubliais toujours ma blouse et je m'endormais en amphi de chimie orga)
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 20:57:30
Un distillateur solaire de 1 m2 ( bac noir contenant 5 à 10 cm de liquide avec un couvercle vitre inclinée d'une quinzaine de degrés par rapport à l'horizontale , une goulotte de réception du condensat sur la longueur de la vitre , l'extérieur du bac ) permet de récupérer en été ,dans le sud de l' Espagne de l'ordre de 8 litres par jour.
En Vendée , au soleil et par petite brise , on peut espérer déshydrater 20 l dans la semaine ?
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 20:59:12
Toai écrivait:
-------------------------------------------------------
> Question à deux sous.
> Pourquoi ne pas laisser évaporer l'eau et
> récupérer le solide ?

C'est très long ....
Re: 2019 : une sale année
jeudi 3 janvier 2019 21:30:41
Et ensuite vous amener à votre déchetterie le mélange de solides... dans les récipients d'origine. :)
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 01:01:03
Moi ce qui intéresserait ce serait des info, voir des éventuels réactifs pour pouvoir réduire l'impact polluant, de certains produits si cela est possible pour une "évacuation" plus saine... Mais je fantasme peux être.. Y a t'il des dérivés neutre de l'hydroquinone et hypo - par exemple-?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 04/01/19 01:02 par Matou.
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 06:44:21
Matou écrivait:
-------------------------------------------------------
> Moi ce qui intéresserait ce serait des info, voir
> des éventuels réactifs pour pouvoir réduire
> l'impact polluant, de certains produits si cela
> est possible pour une "évacuation" plus saine...
> Mais je fantasme peux être.. Y a t'il des
> dérivés neutre de l'hydroquinone et hypo - par
> exemple-?

Le plus toxique ce sont les sels d'argent contenu dans le fixateur, alors il suffit de récupérer l'argent, il y a différentes méthodes.
Pour le reste des chimies N&B c'est souvent très inoffensif ...
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 10:03:47
Bonjour,

il y avait déjà eu une discussion là dessus il y a quelques années
une personne qui stockait (ou voulait stocker) dans une grosse cuve tous ses produits mais ne trouvait personne pour évacuer la cuve à bon prix

cela partait d'un bon sentiment : ne rien balancer de polluant dans la nature
cette même personne utilisait des produits ménager 'non polluants'
le hic, c’était que ces produits 'non polluants' etaient pour certains constitués des mêmes produits de base qui servent à fabriquer les fixateurs....
et ceux là partaient à l'egout et non dans la cuve....

Tout ca pour dire que pour le n&b je pense que le jeux n'en vaut pas la chandelle

Pour la couleur j'amène le tout à la dech, en espérant que vers chez moi, ils acceptent encore
Je veux bien ramener le tout dans l'emballage d'origine mais par ex. la chimie RA4 de tetenal utilise 4 bidons de 500ml pour au final fabriquer 5 litres de chimie.... va falloir tasser ! ;)


Anthony



Modifié 1 fois. Dernière modification le 04/01/19 10:04 par tonio007.
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 10:43:57
Autrefois je mettais ma chimie usagée dans la cuve d'une boutique photo qui payait pour faire éliminer ses déchets par une société spécialisée et équipée, maintenant que la boutique a fermé je pose mes chimies couleur et noir et blanc à la déchetterie avec une étiquette portant la mention (chimie photo).

Je suis très écologiste par conviction et je serai même prêt à payer si en contre partie j'ai l'assurance que mes produits sont bien éliminés sans risques pour la nature.

cependant en même temps comme me le disait un ami qui se reconnaitra, ce que les ménagères balancent par leurs éviers et leurs toilettes dans le réseau d'eau potable est souvent bien plus dangereux pour la nature et l'homme que nos quelques grammes d'hydroquinone...
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 13:32:21
Remettre les produits usagés dans les récipients d'origine est tout simplement impossible car il me semble, comme l'a dit tonio007, que sa grande majorité doit être dilué pour utilisation.
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 14:25:26
tonio007 écrivait:
-------------------------------------------------------
> il y avait déjà eu une discussion là dessus il y a quelques années une personne qui stockait (ou voulait stocker)
> dans une grosse cuve tous ses produits mais ne trouvait personne pour évacuer la cuve à bon prix

Merci. C'est ce post là, il n'en sort pas un consensus évident.
Il y a des remarques intéressantes et d'autres, disons, plus inégales :)
Nous sommes maintenant en 2019, il est bien possible que des choses aient évoluées (je parle là du thème évoqué ;)


tonio007 écrivait:
-------------------------------------------------------
> cela partait d'un bon sentiment : ne rien balancer de polluant dans la nature
> ...
> Tout ca pour dire que pour le n&b je pense que le jeux n'en vaut pas la chandelle
>
> Anthony

Laurent écrivait:
-------------------------------------------------------
> plus dangereux pour la nature et l'homme que nos quelques grammes d'hydroquinone...

Nestor Burma écrivait:
-------------------------------------------------------
> Pour le reste des chimies N&B c'est souvent très inoffensif ...

bon sentiment, jeu et chandelle, quelques grammes, très inoffensif : [billevesée]j'aime à croire que nous pouvons avoir quelques axes de progrès pour ne pas arriver au bout de la résilience des systèmes biologiques que nous chahutons par nos pratiques photographiques[/billevesée]
Une information : l'hydroquinone


Matou écrivait:
-------------------------------------------------------
> Moi ce qui intéresserait ce serait des info, voir des éventuels réactifs pour pouvoir réduire
> l'impact polluant, de certains produits si cela est possible pour une "évacuation" plus saine...
> Mais je fantasme peux être.. Y a t'il des dérivés neutre de l'hydroquinone et hypo - par exemple-?

Oui ! des infos, de celles qui pourraient aider à être plus propre, j'en veux aussi !

Du débat du post cité plus haut il est raisonnable de croire que, pour les eaux de rinçage, le tout à l'égout, et autres fosses, est acceptable.
J'ai trouvé ce doc. là avec de jolis schémas qui conforte cette idée. Pour les secondes eaux donc. Ce doc. est loin d'être une référence, on doit pouvoir trouver plus costaud.

Pour les effluents plus concentrés, bains de traitement au sens large et première eau de rinçage, je ne vois que quelques pistes :
  • le centre de retraitement qui accepte les effluents photographiques (que je vais chercher sur Lyon, d'ailleurs c'était un peu le sujet ;)
  • la dépollution biologique, Nestor et Alain avec des plantes, hum, pas simple à consolider de ce côté, ici des choses
    [suggestion]ouvrir un nouveau post sur cet aspect avec les retours d'expérience, les réflexions ?[/suggestion]
  • la neutralisation chimique : je n'ai pas encore trouvé de méthodes pour cet aspect.
    J'ai un révélo X, j'y met la poudre Y et tout va bien : Est-ce un vœu pieux ? [suggestion]la même[/suggestion]


Jean-Yves, ignorant pragmatique :)
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 14:28:30
Jean-Paul Mahé écrivait:
-------------------------------------------------------
> Remettre les produits usagés dans les récipients
> d'origine est tout simplement impossible car il me
> semble, comme l'a dit tonio007, que sa grande
> majorité doit être dilué pour utilisation.


et pour l'ID11 , c'est encore plus compliqué ;)
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 16:03:23
Pour le baratin sur l'écologie, c'est assez simple, il faut commencer par définir ce que l'on entend par ce terme utilisé pour tout et n'importe quoi.
Et en fait il est très probable qu'une vraie attitude écologique consisterait à arrêter la photographie.

Pour la dangerosité et non l'écologie des produits que nous utilisons, il y a un PdF sur ce site qui est limpide sur le sujet,
Pour l'écologie, il y a un grand nombre de produits qui se dégradent, soit en les aidant un peu, soit naturellement, en plus ou moins de temps.

Mais s'il est un produit qui reste présent, même quelques décennies après leur mise à la nature, volontaire ou involontaire, ce sont les métaux lourds, et l'argent en fait partie.
Une de mes connaissance a pour mission de mesurer les pollutions du Rhône (pas tout seul bien sûr), et ce qui reste de l'activité photographique, ce sont des sels d'argent, alors que cette activité a quasiment disparue depuis 20 ans.

L'hydroquinone a été, encore récemment, utilisée en coiffure ...

De mon point de vue, la pollution n'est pas une question de produit, mais de dosage, et notre dosage est très faible pour la dangerosité qu'il présente.
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 16:54:44
Oui d'accord avec Nestor on confond en permanence le qualitatif et le quantitatif. Comme les techniques de détection (par exemple spectrographie de masse couplée à la chromatographie) permet de détecter des quantités résiduelles de plus en plus faibles ( inférieures au milliardième de millionième) on retrouve de tout dans tout. Il faut une discernement réfléchi avant de conclure.Tout est toxique ou inoffensif suivant les quantités on peut très bien mourir an buvant de l'eau c'était d'ailleurs un supplice bien utilisé au moyen age

www.danielbouzard.com
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 17:19:45
Désolé de vous le dire mais je crois que vous n'êtes plus à la page en matière de toxicologie.

. "Les études de toxicologie classique partent du principe que “la dose fait le poison”, c'est-à-dire que plus on augmente la dose du produit que l'on veut tester, plus l'effet est important, explique Daniel Zalko, chercheur à l'unité de toxicologie alimentaire de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), à Toulouse. Or, à plus faibles doses, et parfois à des doses inférieures à un niveau où la toxicité du produit semble avoir disparu, on retrouve des effets importants, d'une nature parfois différente."

[www.lemonde.fr]

Quand à la détection des résidus, on a trouvé en laboratoire que certains pesticides avaient des effets sur des insectes à des doses non détectable (concentration obtenue par dilution).

Ce n'est donc pas si simple .

Ceci étant dit il s'agit ici de toxicité direct sur le vivant et non de pollution du milieu ce qui est une approche différente.
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 17:34:23
Si on commence à parler de concentration non détectable on glisse vers l' homéopathie et je ne commencerais pas une discussion sur ce sujet

www.danielbouzard.com
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 17:58:45
Jean-Paul Mahé écrivait:
-------------------------------------------------------
> Désolé de vous le dire mais je crois que vous
> n'êtes plus à la page en matière de
> toxicologie.
>
> . "Les études de toxicologie classique partent du
> principe que “la dose fait le poison”,
> c'est-à-dire que plus on augmente la dose du
> produit que l'on veut tester, plus l'effet est
> important, explique Daniel Zalko, chercheur à
> l'unité de toxicologie alimentaire de l'Institut
> national de la recherche agronomique (INRA), à
> Toulouse. Or, à plus faibles doses, et parfois à
> des doses inférieures à un niveau où la
> toxicité du produit semble avoir disparu, on
> retrouve des effets importants, d'une nature
> parfois différente."
>
> [www.lemonde.fr]
> la-toxicite-de-dizaines-de-substances-sous-evaluee
> _1675531_3244.html
>
> Quand à la détection des résidus, on a trouvé
> en laboratoire que certains pesticides avaient des
> effets sur des insectes à des doses non
> détectable (concentration obtenue par dilution).
>
> Ce n'est donc pas si simple .
>
> Ceci étant dit il s'agit ici de toxicité direct
> sur le vivant et non de pollution du milieu ce qui
> est une approche différente.

Les pesticides c'est un marché de 40 milliards de dollars, la comparaison me semble assez foireuse ...
66 000 tonnes rien que pour la France, et cela chaque année !!!
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 19:31:12
Pour le baratin, qui consiste à dire tout et n'importe quoi, sur l'écologie, il est plus simple d'éviter de définir ce que l'on entend par ce terme utilisé pour tout et n'importe quoi. Cela permet de mieux noyer le poisson et autres organismes ;)

Nestor Burma écrivait:
-------------------------------------------------------
> Et en fait il est très probable qu'une vraie attitude écologique consisterait à arrêter la photographie.

Je suis de cet avis également et, quoiqu'il soit toujours difficile de ménager la chèvre et le chou, je crois que nous devons, en tant que pratiquant de cette photographie, minimiser notre dangerosité vis à vis du vivant.

> Pour la dangerosité et non l'écologie des produits que nous utilisons, il y a un PdF sur ce site qui est limpide sur le sujet.

Pour ceux qui souhaite un raccourci vers ce document de galerie-photo.com : ici.

Ce document n'est pas vraiment approprié au sujet du présent post, quoique intéressant il ne se préoccupe que de la dangerosité vis à vis de l'homophotographicus bien qu'ayant défini page 5 la toxicité en regard du vivant. Un peu court donc à mon goût (le libellé H400 de la fiche hydroquinone et les H4.. qui suivent (page 5 de ce tableau), concerne la toxicité vis à vis des milieux aquatiques, ils ne s'agit pas des baigneurs mais bien en premier lieu de la microfaune des rivières bien sûr.).
Je ne résiste pas à citer la dernière phrase de la conclusion de ce document, un plaisir : ... nous pouvons continuer à expérimenter et à créer de belles images sans risque pour notre santé et celle de notre entourage.

> Pour l'écologie, il y a un grand nombre de produits qui se dégradent, soit en les aidant un peu, soit naturellement, en plus ou moins de temps.

Il ne reste qu'à lister quelques process et l'affaire est dans le sac.

> Mais s'il est un produit qui reste présent, même quelques décennies après leur mise à la nature, volontaire ou involontaire, ce sont les métaux lourds, et l'argent en fait partie.
> Une de mes connaissance a pour mission de mesurer les pollutions du Rhône (pas tout seul bien sûr), et ce qui reste de l'activité photographique, ce sont des sels d'argent, alors que cette activité a quasiment disparue depuis 20 ans.

Peut-être, Nestor, pourriez-vous lui relayer mes interrogations quand à l'impact de la photographie argentique et alternative sur le Rhône ou tenter une question plus précise sur les sels d'argent ? Peux-être s’intéresse-t’il aussi à leur impact passé et présent sur le milieu vivant ? Il existe certainement un rapport de cette étude.

> De mon point de vue, la pollution n'est pas une question de produit, mais de dosage, et notre dosage est très faible pour la dangerosité qu'il présente.

Peut-on ça résumer par une formule sans baratin, ni définition ? ;)
Comme :
  • pollution = dangerosité x dosage
  • pollution = toxicitédosage

Cet humour mis à part et pour recentrer mon propos, ce que j'aimerai pouvoir dégager de ce post et d'autres à venir est une liste de process permettant de minimiser notre dangerosité de photographe argentique et alternative vis à vis du vivant.

Jean-Yves, ignorant pragmatique :)
Re: 2019 : une sale année
vendredi 4 janvier 2019 20:18:29
[ec.europa.eu]


cordialement

Ossette philippe
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquez ici pour vous connecter