Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?

Envoyé par jeanturco 
Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 00:06:39
Bonjour et bonne année.

Bien que cela soit évident je ne suis pas fanatique des "alternativistes" de ceux qui souvent d'ailleurs s'avèrent être des inconditionnels... fanatiques à la limite de l'intégrisme, pas tous, j'exagère bien sur et mon but est de faire réagir, dans le plaisir et la bonne humeur, ceux pour qui la photographie pour être qualifiée d'artistique ne se fait que comme elle se faisait.

... et je prétends même, pour en connaître et fréquenter en toute amitié quelques-uns, que ces photographes se transforment bien souvent en artisans hyper-compétents (je dis ça pour ne pas en fâcher) qui en montrant une image détaillent le temps qu'il leur a fallu pour la réaliser et en oublient le sujet.

Personnellement je fais, ou plus exactement j'ai fait, quelques calotypies en noir et blanc et en 20 x 25, un matériel dont je maitrise assez bien la technique, mais la chose s'avère à chaque fois ne pas apporter un véritable plus aux images et lorsque elles sont exposées je note que les plus intéressés, ceux qui s'approchent, meurent d'envie de toucher, se baissent, se mettent d'un coté puis de l'autre en se baissant à nouveau pour sans doute surveiller le reflet s'attachent ni au sujet, ni à la composition, ni à la lumière mais surtout, voire exclusivement, au type de papier que j'ai employé.

Et cela me contrarie !

J'ose espérer sur un site tel que celui-ci un échange courtois avec ceux qui ne partagent pas mon avis et vous souhaite un excellent week-end.

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia



Modifié 3 fois. Dernière modification le 10/01/20 00:59 par jeanturco.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 09:18:56
Bonjour,

Il y a un travers assez répandu sur les forums qui consiste à insulter les gens tout en se drappant dans la vertu. Autrement dit : vous souhaitez un échange courtois tout en traitant par avance vos interlocuteurs d'intégristes... et les praticiens de ces techniques "d'artisants", sans doute un déclassement à vos yeux.
Par ailleurs vous manifestez une idée tellement haute de vous-même que même votre public "mourrant d'envie" devant vos images ne semble pass trouver grâce à vos yeux...

Un petit problème d'ego avant toute chose peut être ?
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 09:20:32
Bois un coup et va au lit ;-)

——————————————————————————————————
.: jeanbaPhoto ::: jeanbaBlog :.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 09:54:51
Bah... les travers cités se trouvent dans tous les milieux. Il y a les audiophiles qui écoutent leurs câbles audio et pas la musique, les geeks qui comptent les images/ seconde affichées sur leurs écrans, les photographes qui « shootent » exclusivement des mires...

Charles
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 11:21:16
Je n'imagine pas mon chez Zoran que vous ne sachiez pas lire ni que vous puissiez être de mauvaise foi car vos interventions sur ce forum sont souvent pertinentes et documentées mais votre réponse m'interpelle dans ce sens.

En effet loin de me dire votre opinion sur ce sujet que j'admets polémique et sur la photographie dite alternative qui peut-être vous plait vous me citez en tronquant et interprétant, un rien malhonnêtement avouez le, mon propos.

j'aurais préféré que vous me citiez comme par ailleurs vous aimez le faire et pour l'exemple, les images de tel ou tel autre photographe dont les gommes ou les calotype, daguerreotype, ambrotype, ferrotype, aristotype sont autre chose qu'une démonstration d'un artisanat de qualité et je vous assure au passage qu'être artisan n'est pas dégradant comme vous semblez le penser. C'est tout simplement une autre façon d'envisager la photographie, tout à fait respectable, et de prendre plaisir à en faire.

Laissez moi donc, Zoran, vous dire pour rectifier votre propos que "mourrant d'envie" comme vous l'entreparenthésez" laisant ainsi supposer que c'est une partie recopiée de mon message ne se rapporte pas a "... une idée tellement haute de vous-même que même votre public "mourrant d'envie" devant vos images..." mais à l'envie de toucher un papier pour apprécier sa qualité. Mais vous aviez sans aucun doute compris !

Quant à un problème d' égo, pourquoi pas ? je dois admettre que je prends depuis bien longtemps un immense plaisir à faire de la photographie, même à une époque ou l'alternatif lomographique était l'actualité sans avoir besoin d'acheter, assez cher d'ailleurs, un appareil conçu pour avoir des défauts et que le dire ne me semble pas révéler l'éventuel problème d'égocentrisme que vous sous entendez.

Et si nous parlions d'images maintenant !?

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia
Quand le procédé photographique devient l'alibi de la photo, il faut en effet se poser la question...

=====================================================================
Anything more than 500 yds from the car just isn't photogenic. - Brett Weston

Quelques images et vidéo : [www.facebook.com]
Bonjour m'sieur Turco  !

Ah  ! Que voilà un bon sujet qui recoupe parfaitement les préoccupations d'un grand nombre des lecteurs de GP.info. Depuis vingt années !

Je ne sais pas si vous êtes venu au congrès galerie-photo de 2013 à Gracay (18-F), ou si vous en avez entendu parler, le titre était justement « Alternatif ! »

Rappelons que ce congrès fut organisé par François Croizet, que je salue au passage et que je remercie encore chaleureusement pour l'organisation sans faille de cet événement mémorable.

http://www.galerie-photo.com/congres-galerie-photo-2013-gracay.html

En matière d'intégrismes alternatifs, vous auriez été servi ! À cette différence près que les vrais intégristes refusent en général de se mélanger aux autres, ils fuient la libre confrontation. Rien de tel au congrès GP Graçay en 2013 où l'on a pu voir et apprécier une très large palette de procédés photochimiques mis en concurrence sans pitié ! Avec la réalisation desdits procédés en direct devant le public, sans filet !

Concernant le mot « alternatif » il y eut à Graçay une intervention du Prof. Gandolfo de l'ENSLL (que je salue bien bas au passage) qui a expliqué en détail les origines de l'expression, dans le renouveau des pratiques photochimiques artisanales de l'art contemporain.

On peut en effet ajouter que l'art contemporain utilise la photochimie sans qu'il y ait capture d'une image, comme le fait Wolfgang Tillmans avec sa série « Freischwimmer ». On ne va donc pas classer Tillmans comme « alternatif » pour autant, sinon, tout l'art contemporain qui n'utilise ni papier, ni fusain, ni huile, ni aquarelle, ni marbre, ni bronze est « alternatif » ! Ça fait pas mal de monde et surtout un chiffre d'affaires joufflu ;-)

Je préfère parler de photochimie qui est un terme scientifique précis plutôt que d'utiliser le mot alternatif qui me semble renvoyer, hors du contexte photographique, à de très nombreuses expériences de vie communautaire post-soixante-huitardes qui nous éloigneraient du sujet.

Les questions que vous posez renvoient à plusieurs débats qui parcourent nos colonnes ici, inlassablement, depuis vingt années.

- opposition classique entre l'art et la technique ;
- une pratique photochimique artisanale peut-elle être rentable pour un professionnel ?
- le progrès technique en photographie nuit-il à la qualité artistique ?
- faire comme tout le monde, est-ce une bonne chose pour un artiste créateur qui souhaite vivre de son art ?


Ces questions ne datent pas d'hier !

Art et technique : au XIXe siècle on déniait à la photographie toute qualité artistique, le procédé n'étant qu'une technique de « reproduction mécanique ». Les photographies de la fin du XIXe siècle, à part la couleur, on atteint une qualité technique indéniable, au point que les pictorialistes souhaitent remettre plus de sensibilité artistique dans les procédés photochimiques.

« Seul le résultat compte » : chaque progrès technique en photographie rend caduc les procédés qui ont précédé. Le procédé négatif-positif surclasse le daguerréotype ; le collodion humide de 1851, c'est le progrès photographique    « indépassable de notre temps  », pour paraphraser Sartre  ; les plaques sèches  « ringardisent » le collodion humide ... et pour sauter d'un siècle, le négatif 24x36 couleur des amateurs « ringardise » les tirages d'amateur noir et blanc, lesquels négatifs couleur des amateurs passent à la trappe à grande vitesse à partir de 2002, date où le silicium écrase la photochimie, que ce soit chez les amateurs qui dépensent à fonds perdus, ou chez les professionnels qui rentabilisent leur production d'images dans un circuit économique concurrentiel.

Il me semble clair que si les pratiques photochimiques artisanales du XXe siècle n'ont pas attendu la victoire du silicium, au moins du côté de chez Jean-Claude Mougin qui n'avait pas Internet lorsqu'il a commencé son travail avec le palladium photo-sensible, c'est cette hégémonie si rapidement acquise au détriment de toute une industrie photochimique et une pratique de la photo d'amateur sur film et papier sensible, qui s'effondre, et qui pousse les amateurs, et beaucoup de nos lecteurs, à se remettre  « à la paillasse » pour fabriquer leurs propres surfaces sensibles.

Je ne vois pas où est le problème, à part pour un professionnel qui souhaite rentabiliser sa production photochimique !

Certes, depuis 20 années, ayant assisté à de nombreuses rencontres amicales suscitées par galere-photo.[com, info], j'ai vu pas mal d'images fabriquées selon les procédés photochimiques artisanaux, par des amateurs et par des professionnels, travaux de toute qualité technique et dont l'intérêt artistique était, disons ... varié.
Ce qui m'a frappé, c'est que pour arriver à un beau résultat il faut toujours y mettre beaucoup de sérieux et d'assiduité, et que si on pratique en dilettante en sautant d'un procédé à l'autre tous les quatre matins, on court le risque de ne jamais arriver à quelque chose de correct. Donc rien d'étonnant dans cet effet de spécialisation artisanale évoquée plus haut, lors du lancement de ce débat.

Ce qui m'a frappé également depuis 20 ans, c'est que si on applique directement la maxime « seul le résultat compte », on fait comme tout le monde, et on se contente du téléphone portable pour faire des images à échanger sur Internet, images qui ne se matérialisent jamais.

La pratique photochimique artisanale, avec ou sans but de rentabilité professionnelle, me semble parfaitement naturelle pour celles et ceux qui veulent quitter l'écran-clavier devant lequel de plus en plus de professions imposent de se trouver toute la journée, quitter l'hégémonie, pour ne pas dire : l'esclavage imposé par le logiciel et le silicium, afin de pratiquer les travaux manuels, quoi de plus ... naturel ?

Et puisqu'on parle de travaux manuels, les travaux d'aiguille n'ont pas disparu ! Par exemple en Allemagne, le célèbre magazine Burda Moden, rebaptisé Burda Style pour faire moderne, fit la fortune de son propriétaire, qui a pu se permettre le luxe d'ouvrir son propre musée privé à Baden-Baden, où les photos les plus chères du monde sont montrées au public  ;-)

Mais revenons à notre chère photochimie : j'ai de très bons souvenirs des travaux pratiques de photochimie, eh oui, que j'ai installés dans notre bonne école d'ingénieurs ENSMM au début des années 2000. Certes, j'avais bien caché le mot « photochimie » derrière des intitulés plus politiquement corrects à l'époque : « microtechniques en salle blanche ». J'entends encore avec émotion ce cri du coeur d'une étudiante sérieuse, qui n'avait connu que le silicium pour faire des images ; juste après que le vieux prof' leur ait fait la démo du tartinage à la tournette, exposition par contact, développement de la résine 1813 « Cette fois, c'est à vous de faire, allez-y » dit le vieux prof ; l'étudiante, incrédule  : « Vous voulez dire que nous allons faire nous-mêmes  ? »

Et on peut évidemment avoir une activité professionnelle très centrée sur le travail manuel, et tout autant apprécier la photochimie artisanale, bien au contraire, quand on est bon en travail manuel, amateur ou professionnel on est évidemment bon pour la photochimie !

Et la Comtesse d'ajouter :
 « Liberté des calotypes de thym intégristes ! »

E.B.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 10/01/20 15:29 par Emmanuel Bigler.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 15:09:54
jeanturco écrivait:
-------------------------------------------------------

> Et si nous parlions d'images maintenant !?

Je ne crois pas que l'image soit le sujet de votre fil, ou alors il est très maladroitement présenté.

Vous écrivez : "lorsque elles sont exposées je note que les plus intéressés, ceux qui s'approchent, meurent d'envie de toucher, se baissent, se mettent d'un coté puis de l'autre en se baissant à nouveau pour sans doute surveiller le reflet s'attachent ni au sujet, ni à la composition, ni à la lumière mais surtout, voire exclusivement, au type de papier que j'ai employé.
Et cela me contrarie !"


Donc le sujet, pardonnez-moi hein, c'est votre contrariété qui est double :
1/ Les plus intéressés de votre public ne s'attachent qu'à la valeur technique de vos tirages, tout en ignorant vos sujets et vos compositions.
2/ De cette observation vous en déduisez que les techniques dites "alternatives", tuent la créativité, comme si elles faisaient écran à l'Art contenu dans vos images

Vous souffrez donc d'un public imperméable à l'Art qui ne serait pas le vôtre, par conséquent vous pouvez essayer de :
- changer de public
- travailler pour vous-même sans vous soucier de la réception de vos "œuvres", et passer outre
- vous remettre en question et tenter de réévaluer vos choix artistiques de sujets et leurs compositions de façon à ce que le public y prête l'attention que vous recherchez

En sommes vous voudriez être compris comme artiste et non comme l'artisan que le public reconnait en vous.
La question plus précise serait : est ce que le public se trompe lorsqu'il ne regarde que la technique.

Pour ma part je ne crois pas que la technique excessive dans un rapport déséquilibré vis à vis d'un sujet composé fasse écran à autre chose qu'à des insuffisances, quant au public il lui arrive de se tromper. L'entre deux vous laisse un peu d'espace pour le travail et la réflexion.
Le meilleur est une technique irréprochable présentant un contenu artistique consistant, la joie de l'œil et de l'esprit.



Modifié 4 fois. Dernière modification le 10/01/20 15:45 par Zoran.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 15:48:35
Je vous remercie pour vos précieux conseils mon cher Zoran et surtout pour cette consultation psychologique gratuite d'autant plus difficile à réaliser, ce qui donne une idée de votre mérite en la matière, qu'elle se base sur quatre lignes d'un post relatif à la photographie.

Effectuée votre analyse vous n'hésitez pas à prescrire un traitement et là encore vous faites preuve d'une expertise... remarquable ?

Je veux, pour vous remercier de l'intérêt que vous portez à ma santé et mon activité photographique vous rassurer et puisque cela semble vraiment vous importer vous dire que je prends plaisir à faire la photographie que j'aime et que j'ai entre autres satisfactions celle d'avoir quelques personnes qui ne détestent pas ce que je fais et qui vont même jusqu'à emporter quelques unes de mes images en me donnant une part de leurs moyens.

Sachez pour conclure, Zoran, que vos propos ne me fâchent pas et qu'au contraire ils étayent mon discours sur la capacité qu'ont certain de parler d'autre chose lorsque l'on évoque la photographie

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 15:48:59
Il s'agit de techniques d'écriture. On n'écrit pas une lettre d'amour avec un stylo à bille , ou pire avec un clavier et une imprimante. Ce n'est pas être intégriste.( j'ai acheté un stylo artisanal à plume Suisse )
Parmi les techniques , je n'apprécie pas les méthodes " modernes " qui donnent lieu à des tirages industriels au m2 imprimés couleur ou N&B sur des murs d'atelier abandonné ou de musée , ou de format plus modeste, mais tout cela issu d'une clef USB...Je n'apprécie pas non plus ces techniques "mixtes" où il est fait du vrai-faux. (Comme mettre un moteur américain dans une belle italienne )
Parmi les procédés photochimiques , je donne la préférence au N&B argentique et au Platine-Palladium. Deux pratiques pour répondre à ce qui me convient selon l'interprétation du sujet.
Oui, il faut du temps : un " compagnon " acquiert son savoir faire en 10000 Heures . C'est un travail où le temps ne compte pas ! (atelier de gravure de Saint-Prex.)
Oui , on regarde le papier. Le papier est le premier souci par où le travail commence.
Oui, je regarde la photographie , entre 10 secondes et 3600 secondes et + .
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 15:57:51
Merci Emmanuel, merci François

Je n'ai malheureusement pas eu la possibilité de venir au congrès galerie-photo de 2013 à Gracay et lorsque je regarde le programme je le regrette vivement car il y avait effectivement de quoi prendre un grand plaisir à assister et éventuellement participer à l'évènement.

Je vous répondrai plus tard car je dois m'absenter et suis heureux que nous puissions débattre de ce sujet que je pense intéressant sur de nombreux points car rien n'est noir ou blanc (si j'ose dire) et entendre l'autre est toujours enrichissant car, comme j'aime le dire , il y a plus de savoir dans deux cerveaux que dans un seul. ( à priori )

Bien à vous

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 15:59:29
jeanturco écrivait:
-------------------------------------------------------
> Je vous remercie pour vos précieux conseils mon
> cher Zoran et surtout pour cette consultation
> psychologique gratuite d'autant plus difficile à
> réaliser, ce qui donne une idée de votre mérite
> en la matière, qu'elle se base sur quatre lignes
> d'un post relatif à la photographie.

Quatre lignes c'est amplement suffisant.

> Effectuée votre analyse vous n'hésitez pas à
> prescrire un traitement et là encore vous faites
> preuve d'une expertise... remarquable ?

Merci beaucoup pour toutes ces qualités que vous m'afflublez comme on habille un épouvantail (fig. réthorique), il ne s'agit pas d'un traitement psychologique mais de travail.

> Je veux, pour vous remercier de l'intérêt que
> vous portez à ma santé et mon activité
> photographique vous rassurer et puisque cela
> semble vraiment vous importer vous dire que je
> prends plaisir à faire la photographie que j'aime
> et que j'ai entre autres satisfactions celle
> d'avoir quelques personnes qui ne détestent pas
> ce que je fais et qui vont même jusqu'à
> emporter quelques unes de mes images en me donnant
> une part de leurs moyens.

Vous voyez, votre public n'est pas si ingrat.

> Sachez pour conclure, Zoran, que vos propos ne me
> fâchent pas et qu'au contraire ils étayent mon
> discours sur la capacité qu'ont certain de parler
> d'autre chose lorsque l'on évoque la photographie

Vous vous plaignez de la mauvaise réception de vos œuvres, en général, et votre cas particulier ne fait pas exception, une petite remise en question s'impose :)
Bon we
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 16:17:13
Pour re-conclure mon cher Zoran, en vous souhaitant à mon tour un bon week-end, laissez-moi préciser lorsque vous assurez avec une autorité dont la légitimité m'échappe...

"... Vous vous plaignez de la mauvaise réception de vos œuvres, en général ..."

... que tel n'est pas le cas , "mon public" (le possessif est désagréable) me convient et il se déplace, je ne vais pas le chercher, je ne l'oblige pas à venir. Ce qui me contrarie, ceux qui me contrarient sont uniquement ceux qui accordent un intérêt exagéré au matériel utilisé et oublient de voir ce que l'auteur a voulu montrer.

J'aime les images et même s'il s'agit d'une page arrachée dans une revue voire d'une mauvaise photocopie elles me procurent du plaisir et me rapprochent de leur auteur dont je partage ainsi l'émotion.

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/01/20 16:21 par jeanturco.
Le cinéma ou la vidéo existent par la projection sur écran. La photographie, quant à elle, est indissociable du tirage, de la noblesse du papier, d’un procédé suffisamment riche pour restituer la palette des gris. A mon sens, cette démarche n'est pas intégriste.

Vincent
[digression] Saint Prex (VD-CH), Fontfroide (11-F) etc.
vendredi 10 janvier 2020 16:49:48
Ah ! Le débat s'anime !

Nous souhaitons un bon congé de fin de semaine à M. Turco, et nous en profitons pour croiser le fer avec M. Noirkappa (que je salue au passage).

.. un « compagnon » acquiert son savoir faire en 10000 Heures. C'est un travail où le temps ne compte pas ! (atelier de gravure de Saint-Prex.)
Ah ! Doux souvenir !
Au congrès GP de Fontfroide, en l'an 2006, organisé par l'Archevêque de Moisenay (qui a droit à notre reconnaissance éternelle), avec le soutien généreux du propriétaire de lieux, M. Nicolas d'Andoque (1931-2018), nous avions pu, non seulement, voir et ... j'allais dire : toucher, non, « toucher des yeux », des héliogravures de l'atelier de Saint Prex (VD-CH), mais discuter avec M. Duplain, l'homme de l'art ! Ah ! comme c'est bien, les congrès GP, il devrait y en avoir plus souvent ...

C'est un travail où le temps ne compte pas !
Sauf lors de la vente desdits objets artisanaux à de riches collectionneurs ; la dure réalité des comptes prend alors le dessus ; dame, c'est que l'heure de travail en Suisse .... (bon, j'abrège pour ne pas fatiguer le lecteur).

Mais continuons à croiser le fer avec M. Noirkappa :
( j'ai acheté un stylo artisanal à plume suisse )
Monsieur est connaisseur !
Pour mes achats artisanaux en Suisse, je me contente à ce jour d'objets plus modestes, par exemple ... des calendriers.
Mais pour les sports d'hiver, effectivement, je ne vais qu'en Suisse, pour des raisons souvent évoquées ici ; et pour mes chambres grand-format, hors de la Suisse, point de salut, avec une dérogation spèciale lorsque qu'un peu de la Suisse
alémanique devient farouchement Comtoise (en Alsace, je ne sais si on dirait : verdammt elsässisch ...)

E.B.
jeanturco écrivait:
-------------------------------------------------------
> Merci Emmanuel, merci François
>
> Je n'ai malheureusement pas eu la possibilité de
> venir au congrès galerie-photo de 2013 à Gracay
> et lorsque je regarde le programme je le regrette
> vivement car il y avait effectivement de quoi
> prendre un grand plaisir à assister et
> éventuellement participer à l'évènement.
>

En effet, ce fut pour moi un énorme souvenir.

Nous avions produit un DVD avec Erick.
je dois pouvoir être en mesure de vous proposer une copie voir la mettre à dispostion quelque part sur le site...

=====================================================================
Anything more than 500 yds from the car just isn't photogenic. - Brett Weston

Quelques images et vidéo : [www.facebook.com]
Re: [digression] Saint Prex (VD-CH), Fontfroide (11-F) etc.
vendredi 10 janvier 2020 17:35:41
Emmanuel Bigler écrivait:
-------------------------------------------------------

> Pour mes achats artisanaux en Suisse, je me
> contente à ce jour d'objets plus modestes, par
> exemple ...
> [url=https://www.bazarouchy.com/shop/calendrier-su
> isse-en-tissus-2020-7/]des calendriers[/url].

Mh... quitte à investir en Suisse je préfère celui ci : [url]https://plonkreplonk.com/calendriers/1888-calendrier-2020-a-consommer-de-preference-avant-la-fin-de-l-annee.html[/url]
en plus le treizième mois est gratuit.
De vrais créatifs qui n'ont pas peurs de passer pour des artisans. D'ailleurs ils prouvent que le travail ça paye toujours puisqu'ils sont "un des principaux leaders sur le marché européen du nain de jardin bétonné, un secteur à forte croissance".



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/01/20 17:39 par Zoran.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 18:42:56
On peut faire de la calligraphie avec un stylo bille, mais il faut le prendre à pointe la plus large possible et apprendre à faire des pleins et déliés, comme ici.
C'est comme n'importe quelle autre discipline, il suffit d'appliquer la règle des 3 P : pratiquer, pratiquer et pratiquer.

En matière de plume, j'ai une prédilection pour ceux de la première moitié du vingtième siècle dotés de plumes en or massif très souples permettant une grande amplitude entre des pleins très larges et des déliés très fins, des plumes qu'on ne sait plus fabriquer aujourd'hui.

Zoran, Emmanuel (que je salue bien) est un zélote confirmé de Plonk et Replonk, peut-être même davantage que moi, c'est dire !

——————————————————————————————————
.: jeanbaPhoto ::: jeanbaBlog :.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 19:55:43
jeanba3000 écrivait:
-------------------------------------------------------
> On peut faire de la calligraphie avec un stylo
> bille, mais il faut le prendre à pointe la plus
> large possible et apprendre à faire des pleins et
> déliés, comme
> i
> ci
.

Le secret est de chauffer la pointe avec une flamme, l'encre devient très liquide et les pleins et déliés deviennent possibles avec un simple Bic®

> Zoran, Emmanuel (que je salue bien) est un zélote
> confirmé de Plonk et Replonk, peut-être même
> davantage que moi, c'est dire !

Dans ce cas on pensera à l'avenir, leur rejeton indigne, même pas suisse mais d'affinité jurassienne, j'ai nommé le Tampographe (mais sous le manteau uniquement)
Le Tampographe est un ami du forum, de tous les forums
[letampographe.bigcartel.com]
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 22:20:13
Citation

Et cela me contrarie !


Faites comme moi, montrez les à des critiques d'art sérieux avant de les soumettre au regard cruel et parfois malveillant d'un public très généralement imperméable à l'art.

Pour m'éviter des déconvenues, mon proces et simple, je les montre d'abord à Ouchka, berger australien turbulent, puis à Oxy Labrador réformé des Chiens Guides d'Aveugle mais dont le flair est légendaire et la gloutonnerie, symétrique à celle de son maître.

S'ils remuent la queue de contentement, je les montre à mon épouse;

Si ma charmante ne les utilise pas pour recueillir les épluchures de pomme de terre, je les montre à mes enfants

Soit il les classent directement dans des boîtes à chaussures ( c'est mauvais çà !) soit il les affichent sur la porte du frigo avec les dessins des filles (c'est bon çà)

Je m'arrête généralement à ce stade car je suis trop bien élevé pour ne pas importuner mes amis.

En revanche, je les montrerais volontiers à mes rencontres de fortune (je n'ai pas dit ami de passage) que je fais sur GP.

Le tout étant de savoir s'entourer d'un public fidèle et bienveillant

Pierre L.

Photographe Amateur



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/01/20 22:22 par Pierre L.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 22:53:35
Quelle délicatesse Zoran et combien je vous remercie jeanba3000 de cette parenthèse dédiée à l’une des autres de mes passions, trop nombreuses c’est vrai, qui me vaut chez mes amis les plus chers le surnom de « Le stylographiliste fou » et à y réfléchir c’est effectivement peu raisonnable de collectionner comme je le fais des objets auxquels, peut-être, me rattache mon adolescence au pied de ces 4810 mètres perpétuellement enneigés qui ont donné leur nom à cet octavian par exemple où à Drouot j’ai dilapidé les bénéfices d’une exposition pour le plaisir du plein et du délié que seule une plume 18 carats de bonne facture peut procurer.



Merci, merci encore Zoran et jeanba3000 mais, je suis curieux direz-vous, comment avez vous su ma passion pour le stylographe, nous serions nous par hasard croisés sur l’un des forums qui lui sont dédiés ?

Peu importe en fait et je vous suis reconnaissant de ce plaisir que vous me faites de partager notre passion sur ce site, dédié à la photographie, dans un fil ouvert sur les procédés alternatifs. 



si vous preniez plaisir à parler d’autre chose que des techniques alternatives et surtout de photographie sachez que j’ai également la passion des voitures et des montres de collection mais que vous pouvez facilement me retrouver sur les sites qui leur sont dédiés pour en parler tranquillement et surtout au bon endroit.

Je découvre votre message Pierre et si votre système, intéressant, vous donne satisfaction je vous invite à en déposer l'idée voire à le faire breveter. Je resterai quant à moi et si vous le permettez à des systèmes plus classiques par défaut entre autre de Labrador et de berger Australien.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 23:56:26
Citation

Je resterai quant à moi et si vous le permettez à des systèmes plus classiques par défaut entre autre de Labrador et de berger Australien.

Un bon feu dans la cheminée, le doux regard de ses chiens, un bon verre de vin change en profondeur le regard que l'on a sur le monde.

Si vous y ajoutez l'infini que procure la foi, la montagne, la forêt ou pour moi la mer, je suis persuadé que vous trouverez aisément la réponse à vos interrogations sans plume en or, ni chronographe de B'sançon.

Je me suis pas posé la question ou le questionnement, comme on dit maintenant chez les lettrés cathodiques, de savoir pourquoi je me mettais à la découverte des procédés anciens et je me pose encore moins la question de savoir si c'est un art ou de la cuisine chimique.

Si vous demandez ce qui me plait dans cette pratique, c'est probablement en premier lieu de revenir aux fondamentaux élémentaires pour mieux comprendre l'histoire de la photographie, la démarche scientifique (n'ayant jamais fait de chimie au Lycée) et le processus de la découverte qui nous ont mené à l'argentique d'aujourd'hui..

Je suis aidé de quelques membres du Forum qui m'ont fait montre de bienveillance, de patience et de générosité, ce qui est pas mal dans notre siècle.

C'est aussi simple que cela

Pierre L.

Photographe Amateur
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
vendredi 10 janvier 2020 23:58:17
Zoran écrivait:
-------------------------------------------------------
> Le secret…
Oui tout à fait. Les Bic™ Cristal pointe large ont d'origine un débit peu régulier et une tendance aux pâtés, ils restent pourtant ma préférence. J'en ai même un en argent massif, complètement snob mais très agréable en main.

> … le Tampographe
Nous aimons beaucoup son travail par chez nous, notamment les polychromes, et son atelier est à quelques minutes à vélo de chez moi. J'ai reçu à Noël le coffret grand squelette et nous avons offert à une amie éditrice le coffret pour éditeur qu'elle a beaucoup apprécié.

Jeanturco, désolé je ne fais pas dans la collection, mes stylos sont uniquement des outils pour dessiner et écrire (je suis graphiste), seul l'état fonctionnel et de la plume m'importent, les quelques uns que je possède sont moches, ne m'ont coûté que des clopinettes et c'est très bien ainsi vu ce que je peux leur faire subir.

——————————————————————————————————
.: jeanbaPhoto ::: jeanbaBlog :.
Réponse à Francois et Emmanuel :

Avant toutes choses merci François pour cette proposition et je serais très heureux de pouvoir visionner tranquillement la vidéo faite lors de cet événement car son programme répondait parfaitement aux questions que je me pose, que l’on peut et doit se poser, et partager avec d’autre une réflexion sur le sujet est en plus du plaisir de parler de cette photographie qui nous passionne un moment dont on sort toujours gagnant car je le/me répète, il y a plus d’intelligence et de bon sens dans deux têtes que dans une seule. 



Vous avez Emmanuel, dans votre intervention, donné cent directions qu’il conviendrait d’aborder autrement que par quelques lignes (je ne parle pas du conseil d’aller écouter un texte de Vian interprété par un chanteur qu’apprécie visiblement Monsieur « jeanba3000 » - post du 10 à 9 heures 20) 



En effet il n’y a selon moi chez ceux qui aiment une photographie qui leur permet de partager la vision qu’ils ont d’un paysage d’un visage ou d’un objet aucune différence avec ceux qui, en plus , veulent le faire avec des moyens que l’on qualifie d’alternatifs et qui, lorsqu’ils sont convenablement employés permettent d’apporter un plus à l’image photographiée qui la rapproche des autres arts de l’image que sont la gravure, l’illustration, la peinture etc.

Il est indéniable que Philipe Bresson par exemple, pour ne citer que quelqu’un qui m’est cher et me fait le plaisir et l’honneur de son amitié est un artiste mais lorsque nous parlons ensemble de ses photos c’est de ses émotions que nous parlons et non du temps qu’il à mis à les faire ou du papier qu’il a employé. 



La photo est pour moi un moyen de partager ma vision des paysages, du corps d’une femme ou d’un homme nus, de cet objet d’un usage tellement courant qu’on ne le vois plus ou de cet autre, curieux, sale, cabossé, abimé que j’achète pour trois francs ou six sous dans un vide grenier et qui pour moi est chargé de la vie de ceux qui l’on possédé.



Je le vois ce sujet de ma future image comme il sera sur le papier et comme j’ai l’avantage de maitriser un peu la technique et d’avoir tout le matériel qui va bien je peux montrer ce qui m’a interpellé et que j’ai aimé dans un contexte qui n’a rien à voir avec la vérité et qui est l’expression d’une émotion, la mienne.



C’est pour cela que me contrarie celui qui tourne autour de mon image pour en décortiquer la technique ou le papier : 



- Que fais-tu de ma sensibilité, serait-elle plus ou moins à ton goût sur un baryté d’une autre marque que celui que j’ai employé ?


- Et l’image de ce pot en grès, de ce nu ou de ce pic enneigé, l’as-tu au moins regardé ?

- As-tu compris pourquoi je l’avais photographié pour te la montrer telle que je la voyais ?



Et toi qu’as-tu à montrer ?
- Un sous-bois,
- sympathique.
- Comment ? Ah, deux heures pour la prises de vue, une journée pour le mettre sur papier.
- Et alors ? l’as-tu bien regardé ton sous-bois ?
- et si c’était un autre qui l’avait photographié et t’en présentait l’image sans te dire le temps qu’il avait passé à la faire, comment le trouverais-tu ?




Que je regrette, François, que je regrette Emmanuel de ne pas vous avoir en face de moi, que nous ne partagions pas un café en discutant de nos idées.

Le sujet est vaste et il faudrait y revenir point par point et l’aborder sous tous ses angles. Il me semble le mériter.



Bon week-end, j’ai quelques images à terminer pour lundi !

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia
Merci pour votre réponse Pierre,

C'est en effet une motivation intéressante que la vôtre mais ce faisant et en portant votre attention, peut être même toute votre attention sur la réalisation technique de votre image parvenez-vous à exprimer les émotions que vous a procuré le sujet et à en présenter une image facilement lisible.

Un image tout simplement lisible pour qui n'est pas diplômé en photographie, pas une de ces images sous lesquelles à la Biennale ou à Arles il faut trois page d'explication pour la comprendre et finir par la trouver intéressante et éventuellement plaisante.

Pour moi en voyant l'objet je vois la photo je la visualise dirait Ansel Adams (en anglais bien sur) et ensuite je la réalise afin qu'elle corresponde à ma vision afin d'en partager l'image. les moyens techniques actuels sont une facilité qui me va bien et surtout me permet de faire plus d'images que je ne pouvais en faire lorsque je parcourais la campagne avec mon spotmetre à 1° et ma 20 x 25 Sinar en appliquant avec la rigueur des fabricants de la chambre le zone system de mon maître incontestable du paysage californien.

Globalement êtes vous devant un tirage plus satisfait par sa technique ou par son contenu ? sachant que vous pouvez bien sur l'être par les deux ?

Bien à vous - Bon week-end

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia
Citation

en portant votre attention, peut être même toute votre attention sur la réalisation technique de votre image parvenez-vous à exprimer les émotions que vous a procuré le sujet et à en présenter une image facilement lisible.

Je vais prendre une comparaison qui me vient le plus souvent à l'esprit.

J'adore faire la cuisine et faire de bon repas, ce faisant, je regarde souvent les concours culinaires dont certaines réalisations m'épatent.

Pour vous situer mon niveau, je suis un bon cuisinier familiale et je n'aurais pas l'idée d'avoir quelque prétention en cuisine gastronomique. Ma cuisine familiale, c'est mon art populaire, mon petit bonheur quotidien, que des milliers de personnes pratiquaient devant leur fourneau sans même songer à se qualifier d'artiste. Cette cuisine procure des émotions à la fois quand on la fait et à la fois quand on est à table. Personne ne s'extasie devant un plat savoureux, mais plus simplement, d'une phrase courte exprime son contentement en disant: "c'est bon ce que tus as fait", ajoutant parfois "c'est vraiment bon" tout en reprenant du boeuf carotte onctueux.

Et bien quand je regarde ces émissions je suis surpris de la prétention de certains, vite éliminés d'ailleurs, qui veulent créer avant de savoir travailler, qui veulent retranscrire leur intimité, forcément géniale, comme si leur personne devait ébaubir le quidam.

En photographie c'est un peu pareil et je me contente du regard de mes proches lorsqu'ils trouvent que ce j'ai fait c'est "pas mal " ; adopter une posture intellectualisante sur mon art autoproclamée me ridiculiserait,

Je suis un spécialiste des alouettes sans tête (plat traditionnel en Provence) pas des "Cuisses de Nymphes désossées en salmis printanier"

Ceci dit, c'est une belle journée et je fais de ce pas travailler, ce qui me réjouit encore naïvement le cœur.

Pierre L.

Photographe Amateur



Modifié 2 fois. Dernière modification le 11/01/20 09:26 par Pierre L.
PS : pour Pierre

Vous terminez votre premier post, Pierre, par :

" Le tout étant de savoir s'entourer d'un public fidèle et bienveillant "

A mon sens il est agréable effectivement d'avoir un public de ce type mais cela incite au laisser aller, à se contenter de ce que l'on fait sans plus se poser de questions et cela risque si l'on y prend garde de stopper notre créativité.

Puisque j'aborde souvent, un rien provocateur, intégriste peut être, des sujets hautement polémique il est fréquent dans mes interventions sur les forums que cela entraine des réactions virulentes de gens qui s'opposent à mes idées et qui finissent parfois par critiquer avec un brin de méchanceté la photographie que je fais.

Et je dois dire que, sans que cela me vexe puisque j'ai aussi d'autre part un public fidèle et bienveillant, ces critique virulentes et parfois pleine de mauvaise foi et de méchanceté me sont d'une grande utilité car j'y accorde beaucoup d'importance et y trouve parfois une piste à exploiter pour corriger par exemple un défaut qui y est caricaturé et qui m'avait échappé.

la critique, même exagérée et faite dans le but de contrarier ou de faire un bon mot pour son fan-club forumesque est donc, toujours selon moi, un élément positif dont je ne manque jamais de remercier ceux qui manquant sans doute d'argument polluent un fil en changeant de sujet et/ou m'invitent à partager leur gout et le plaisir qu'ils ont à écouter du Boris Vian interprété d'une façon qu'à mon sens on peut valablement discuter.

Bien à vous Pierre.

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11/01/20 09:45 par jeanturco.
Pierre,

j'écrivais en même temps que vous et découvre votre message en postant le mien.

J'aime aussi la cuisine, la faire et la partager car pour quelle soit bonne il faut avoir envie, comme disait ma mère, de faire plaisir à ceux pour qui on la fait.

Et comme vous il m'arrive de sourire devant des préparations aux noms frisant le ridicule qui au final ne doivent pas être bien meilleures que mon gratin dauphinois ou ce filet tout à fait mignon qui à peu de frais régalent ceux pour qui je l'ai fait.

Bonne journée.

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11/01/20 09:39 par jeanturco.
Re: Les techniques dites "alternatives", tuent-elles la créativité au profit de l' artisanat ?
samedi 11 janvier 2020 15:12:37
Pierre L écrivait:
-------------------------------------------------------

ce qui me réjouit encore naïvement le cœur.


Et c'est ce qui fait tout l'intérêt de nos vies mon Pierrot, heureux de te voir toujours pétillant.

Ce sujet récurrent entre tous pose sempiternellement la question de la place de la technique dans la création.

L'art sans technique est-il concevable...
L'oeuvre ne commencerait-elle pas à partir de la transgression des règles...
Change ta grille camarade :-)

Le philosophe de Röcken développe l'idée dans un de ses tout premiers ouvrages, "la naissance de la tragédie", livre dans lequel il oppose l'apollinien (la création dans un cadre, des règles) et le dionysiaque, qui se rit de cette coercition.

La tentation de résumer en "chacun prend son pied où il veut où il peut" est grande.
L'autre, c'est de rappeler aux intégristes des deux bords de s'ouvrir un peu au camp d'en face et de s'essayer à penser comme lui.

Bonne année mon Pierrot, que la Bonne Mère t'ait en sa sainte garde.

.
Bonjour Jean,

la question n'est pas à mon sens de savoir si une absence de technique est concevable dans l'expression artistique, celle dont je parle est celle qui prend le pas sur la créativité et devient à sa place, pour certains, l'unique finalité.

La technique est selon moi capitale et il faut absolument la connaitre, les connaitre car il en existe de nombreuses pour arriver au même but mais elle doit, elles doivent, rester un moyen qui permet d'obtenir le résultat escompté et qui, selon moi, est de créer une image telle quelle a été visualisée lorsque l'on en a découvert ou choisi le sujet.

la technique que je défends contre ceux qui assurent son inutilité te (*) permet de dire à un client qu'en l'état actuel du matériel existant ou que l'on peut se procurer pour le budget dont il dispose, l'image qu'il a, en te téléphonant, griffonné sur un coin du calendrier qui lui sert de sous-main, à coté du numéro de téléphone de la sécu. et du rappel, souligné, qu'il doit passer acheter du lait et une baguette, cette image là donc, même si elle est sympathique n'est pas techniquement réalisable.

C'est encore elle, la technique, qui va permettre de te dire qu'il ne sert à rien de passer demain matin pour photographier la maison isolée au milieux des champs à peine labourés car elle n'est, ladite maison, idéalement éclairée qu'en fin d'après-midi, possiblement en hiver, entre 16 et 16 heures 30 et qu'avant il n'était pas l'heure et qu'après il ne le sera plus.

C'est encore la connaissance de la technique qui te permettra d'exposer et de jouer avec la chimie pour adapter idéalement un négatif au tirage que tu comptes en effectuer en ayant bien évidemment, lors de la prise de vue, appliqué machinalement la règle de Scheimpflug pour jouir de la profondeur de champs que tu désirais, merci Ansel.

C'est toujours la technique qui te permettra de décider comme je le fais que l'outil idéal, en fonction du sujet et de la destination de l'image, sera la 20x25 (dont tu traiteras le négatif) ou le dos numérique. Sachant, soit dit en passant que pour les très grands formats, dans la majorité des cas, si tu t'adresses à un laboratoire professionnel j'entends, ton négatif sera numérisé pour sortir en C.print (c.a.d. en chimie sur papier argentique) ou en giclée. (Il n'y a plus je crois que Dupon qui à Paris propose a quelques rares et riches collectionneurs des tirages de très grand format à l'agrandisseur)

Il n'y a donc pas d'opposition entre technique et créativité.

A mon avis bien sur.

(*) Je ne vous tutoie pas Jean, c'est simplement une façon d'écrire.

Jean

photographies@Jeanturco.fr

[www.artmajeur.com]
[www.jeanturco.fr]
[www.facebook.com]

+ 33 (0)6 20 86 78 88 Paris
+ 39 338 87 49 354 Venezia



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11/01/20 16:34 par jeanturco.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquez ici pour vous connecter